interrompre


interrompre

interrompre [ ɛ̃terɔ̃pr ] v. tr. <conjug. : 41>
• 1501; entrerompre 1120; lat. interrumpere
1Rompre (qqch.) dans sa continuité. briser, couper; interruption. Interrompre un circuit électrique. (Dans le temps) arrêter. Interrompre un entretien. cesser, suspendre. « Je n'eus pas à rompre un contact qu'il interrompit aussitôt » (Colette). Interrompre ses études. abandonner. Interrompre un voyage.
2Empêcher (qqn) de continuer (ce qu'il est en train de faire). déranger, troubler. Je l'ai interrompu dans son travail.
3Couper la parole à. Interrompre un orateur. Ne m'interrompez pas tout le temps. « en l'interrompant au milieu d'une tirade » (Balzac).
4 ♦ S'INTERROMPRE v. pron. S'arrêter (de faire qqch.). Sans s'interrompre. Spécialt S'arrêter de parler. S'interrompre au milieu d'une phrase.
Être interrompu. « Toute conversation s'interrompait à mon approche » (F. Mauriac).
⊗ CONTR. Recommencer, reprendre.

interrompre verbe transitif (latin interrumpere) Empêcher quelqu'un de continuer ce qu'il était en train de faire : Le téléphone l'interrompit dans son travail. Cesser de faire ce qu'on était en train de faire : Il a dû interrompre ses études pour trouver du travail. Couper la parole à quelqu'un : Ne m'interrompez pas tout le temps. Rompre la continuité d'un phénomène, le cours d'une action : Un accident a interrompu la circulation.interrompre (difficultés) verbe transitif (latin interrumpere) Conjugaison Comme rompre.interrompre (synonymes) verbe transitif (latin interrumpere) Empêcher quelqu'un de continuer ce qu'il était en train de...
Synonymes :
- déranger
Cesser de faire ce qu'on était en train de faire
Synonymes :
- arrêter
Contraires :
- rétablir

interrompre
v.
rI./r v. tr.
d1./d Rompre la continuité de. Interrompre le cours d'une rivière par un barrage. Interrompre un projet.
d2./d Couper la parole à. Interrompre un orateur.
rII./r v. Pron. Cesser de faire une chose. S'interrompre dans son travail.
être interrompu. La danse s'interrompit.

⇒INTERROMPRE, verbe trans.
A. — Qqn/qqc. interrompt qqc.
1. Briser la continuité de, rompre la continuation de.
a) [Dans l'espace] Synon. briser, couper, rompre.
[Le suj. désigne une pers.] Interrompre un circuit électrique. La circulation des voitures et des tramways est interrompue comme si on attendait un Chef d'État (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 76).
[Le suj. désigne une chose] Sur son visage (...), une teinte bleuâtre interrompait seulement autour des yeux cette pâleur mate et immobile (SOULIÉ, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 220) :
1. Si quelque petit champ de cinquante pas de large vient interrompre de temps à autre les bouquets de châtaigniers et de cerisiers sauvages, l'œil satisfait y voit croître des plantes plus vigoureuses et plus heureuses là qu'ailleurs.
STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 23.
b) [Dans le temps] Synon. arrêter, suspendre.
[Le suj. désigne une pers.] Interrompre une émission, un entretien, ses études, un jeu, un match, une partie de cartes, un voyage; interrompre le sommeil de qqn. Je ne voudrais pas interrompre vos occupations, Mademoiselle (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p. 349). Afin d'augmenter nos revenus, j'interromps mes chers travaux scientifiques et je pose ma candidature à un poste de magistrat (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 270) :
2. Oui, je me reproche de prier peu, et mal. Presque tous les jours, après la messe, je dois interrompre mon action de grâces pour recevoir tel ou tel, des malades, généralement.
BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1110.
[Le suj. désigne une chose] Silence que rien ne vient interrompre; interrompre le cours des événements. Le tremblement de Lisbonne a interrompu le commerce (MICHELET, Journal, 1842, p. 467). La lecture du rapport est interrompue par les bravos de la droite et les rires de la gauche (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 181) :
3. Il faudrait créer des institutions telles que les observations et les expériences ne soient pas interrompues par la mort du savant qui les a commencées. De telles organisations sont encore inconnues dans le domaine scientifique.
CARREL, L'Homme, 1935, p. 59.
2. DR. Interrompre la prescription. Arrêter le cours du délai. La citation en conciliation devant le bureau de paix, interrompt la prescription, du jour de sa date, lorsqu'elle est suivie d'une assignation en justice donnée dans les délais de droit (Code civil, 1804, art. 2245, p. 410). Un patriote allait à Metz interrompre la prescription sinon dans les faits qui ne dépendent d'aucun individu, du moins dans les mœurs (BARRÈS, Cahiers, t. 9, 1911, p. 157). Interrompent les prescriptions : les commandements faits par huissier, les saisies, les citations en justice (CIDA 1973).
B. — Qqn/qqc. interrompt qqn
1. Arrêter (quelqu'un) dans son action, dans son activité. Synon. déranger. Interrompre qqn dans son travail, dans son sommeil, dans ses réflexions, au milieu de son repas; excusez-moi de vous interrompre. Josille voulut l'accompagner jusqu'à la route. — Non, restez. Je m'en voudrais de vous interrompre (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p. 18) :
4. ... elle l'empêche de travailler, l'interrompt, ne comprend pas qu'il faut du recueillement, du silence, pour inventer ou rédiger. Il n'a plus que deux heures à lui, de cinq heures du matin à sept heures, pendant qu'elle dort.
TAINE, Notes Paris, 1867, p. 311.
[P. anal.] Le faon tacheté, sans l'interrompre [la biche] dans sa marche, lui tétait la mamelle (FLAUB., St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 97).
Emploi pronom.
réfl. [Le suj. est une pers.] S'arrêter momentanément de faire quelque chose. Anton. continuer, reprendre. S'interrompre au milieu de ses réflexions, dans sa lecture, dans sa tâche; s'interrompre brusquement, tout à coup, un instant, un moment, une seconde pour (+ inf.); marcher, travailler sans s'interrompre. Elle brode et s'interrompt par moments pour causer (HUGO, Ruy Blas, 1838, II, 1, p. 365). Elle frappait sur les touches avec aplomb, et parcourait du haut en bas tout le clavier sans s'interrompre (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 46) :
5. Christophe, énervé par le bruit de la salle, s'interrompit brusquement au milieu du morceau; et, regardant d'un air goguenard le public, qui s'était tu soudain, il joua Malbrough s'en va-t-en guerre...
ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 781.
S'interrompre de + inf. Ces demoiselles sont si gaies, elles ne s'interrompent de rire que pour chanter des cantiques (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p. 922). Je me suis interrompu d'écrire parce que la lumière baissait et que j'entendais parler au-dessous de moi (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 39).
à sens passif. [Le suj. est une chose ou une action] Être brisé dans son développement.
[Dans l'espace] Le chemin s'interrompait subitement, et la bouche d'un puits bâillait carrée et noire à la surface du sol (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p. 166). L'allée des tilleuls s'interrompait, au niveau du rond-point occupé par le grand bassin (FRANCE, Lys rouge, 1894, p. 329).
[Dans le temps] La pluie s'interrompt. En 1831, une fusillade s'interrompit pour laisser passer une noce (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 292). Ce n'est pas moi qui laisserai s'interrompre la collaboration si précieuse que vous accordiez à mon prédécesseur (ROMAINS, Knock, 1923, II, 2, p. 9) :
6. De temps à autre, le travail paisible et régulier de la boutique s'interrompait pour un instant. Le maréchal (...) regardait, en l'approchant de son tablier de cuir, le morceau de fer qu'il avait travaillé. Et, redressant la tête, il nous disait, histoire de souffler un peu : — Eh bien! ça va, la jeunesse?
ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p. 21.
2. En partic. Arrêter quelqu'un dans son discours, lui couper la parole. Interrompre brutalement un orateur; écouter qqn sans l'interrompre; ne m'interrompez pas tout le temps; interrompre qqn du geste; être interrompu par des cris, par des applaudissements. Sentant que j'allais l'interrompre, il leva la main, comme pour me dire : non, vous pourrez parler ensuite, laissez-moi d'abord achever (GIDE, Symph. pastor., 1919, p. 902). Nous n'en finirons jamais, Paule, si tout le monde m'interrompt. Je disais donc... (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 48) :
7. André lui était un auditeur incomparable, qui ne l'interrompait jamais — pour cause — qui savait sourire, approuver, s'étonner aux bons endroits, demander un renseignement, soulever une apparente contradiction : c'était un plaisir divin de pérorer devant lui.
MARTIN DU G., Devenir, 1909, p. 58.
Emploi abs. Le plaisir d'interrompre, qui rend la discussion si animée en France (STAËL, Allemagne, t. 1, 1810, p. 183). Je t'écoute, je t'écoute, repartit le baron, qui cette fois se promit bien de ne pas interrompre (SOULIÉ, Mém. diable, t. 2, 1837, p. 296).
[P. méton. de l'obj.] Arrêter le discours de quelqu'un. Interrompre une phrase, une tirade, le récit de qqn. Cette péronnelle avait osé interrompre d'un : « Vous l'avez déjà raconté », le récit de ses concours où se complaisait Fernand (MAURIAC, Génitrix, 1923, p. 328).
Part. passé en emploi adj. [Dans une loc. nom.] Propos interrompus. Conversation sans suite, à bâtons rompus (à l'origine jeu de société, v. propos). N'attendez pas que je rapporte les propos interrompus d'une foule, les cris (GIDE, Caves, 1914, p. 723). Loc. verb. fig., vieilli. Jouer aux propos interrompus. Ne pas se comprendre les uns les autres. Comment lui dire que je ne me faisais pas la moindre idée des griefs de M. le comte, et que nous venions de jouer, sans qu'il s'en doutât, aux propos interrompus? (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1175).
Emploi pronom.
réfl. S'arrêter brusquement de parler, au milieu d'un discours, d'une conversation. S'interrompre net, brusquement, tout à coup; parler sans s'interrompre. Tout à coup, au beau milieu d'une période, il s'interrompit (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 365). De temps en temps elle s'interrompait, essoufflée de parler (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 96) :
8. Les applaudissements devinrent si forts, qu'il s'interrompit. Pendant quelques minutes, il resta les paupières closes, la tête renversée et comme se berçant sur cette colère qu'il soulevait.
FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 134.
réciproque. Se couper mutuellement la parole. Je demande s'ils s'interrompoient les uns les autres pour se dire : qu'est-ce que Jésus-Christ, qu'est-ce que Jupiter? (CHATEAUBR., Martyrs, t. 1, 1810, p. 55). En s'interrompant cent fois l'un l'autre, ils parvinrent à grand'peine à se raconter ce qu'ils ignoraient (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 491).
REM. Interruptible, adj., rare. Susceptible d'être interrompu. J'ai là dix lettres « en souffrance », et des choses Havas; je ne parle pas des travaux en cours essentiellement interruptibles (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1912, p. 425).
Prononc. et Orth. : [] ou [-te-], (il) interrompt [-]. [--] ds MART. Comment prononce 1913, p. 297. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1re moitié XIIe s. entrerumpre « rompre, fendre » (Ps. Oxford, éd. F. Michel, LXXVII, 18); ca 1160 antrerompre (Eneas, 1424 ds T.-L.); 2. a) ca 1195 entrerompre « empêcher le déroulement, la continuation de qqc. » (AMBROISE, Guerre sainte, 2396, ibid.); 1391 part. passé adj. interrupt (Grands jours de Troyes, Arch. X 1a 9184, fol. 15 v° ds GDF.); 1501 interrumpre (F. LE ROY, Livre de la Femme forte, d 5 b, d'apr. H. VAGANAY ds Rom. Forsch. t. 32, p. 93); 1515-20 interrompre (Cl. MAROT, Temple de Cupido, Epître au roi, 14, éd. Cl. A. Mayer, Œuvres lyriques, p. 88 : ma loquence interrompit); b) spéc. 1456-67 interrompre la parolle a (qqn) « couper la parole à » (Cent nouv. nouv. XCVIII, éd. Fr.P. Sweetser, p. 550); 1559 interrompre (qqn) « id. » (AMYOT, Hommes illustres, Coriolan, LVI, éd. G. Walter, t. 1, p. 512). Empr. au lat. interrumpere « mettre en morceaux, briser, détruire; interrompre »; d'abord entrerumpre, entrerompre d'apr. entre et rompre puis interrumpre par réfection d'après le lat., la forme définitive étant interrompre. Fréq. abs. littér. : 6 248. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 8 949, b) 9 914; XXe s. : a) 9 879, b) 7 677.

interrompre [ɛ̃tɛʀɔ̃pʀ] v. tr. [CONJUG. rompre.]
ÉTYM. 1467, sens 1, b; entrerompre, sens 1, v. 1195; entrerumpre « rompre, fendre », déb. XIIe; lat. interrumpere « mettre en morceaux; interrompre (un discours) », de inter- « entre » et rumpere (→ Rompre).
1 (Compl. n. de chose). Rompre (qqch.) dans sa continuité.
a (XVIIe). Dans l'espace. Sujet n. de chose. Briser, couper, rompre. || Motif décoratif interrompant les lignes d'un édifice, d'une façade (→ Gable, cit.). || Sentier, sillon interrompu par des herbes (→ File, cit. 8). || Interrompre un circuit électrique. Interrupteur.
b (1467). Dans le temps. Arrêter, discontinuer.Sujet n. de personne. || Interrompre un dialogue, un entretien, une conversation. Cesser (I., 3.), finir (I., 4.), suspendre (→ Contredanse, cit. 2; importun, cit. 16). || Interrompre un compliment, un éloge que l'on prononce. Rengainer (→ Acquiescer, cit. 3). || Interrompre le fil d'un raisonnement, d'un discours. Rompre, trancher (fig.). → Couper court à… || Interrompre une partie, un jeu. Troubler (→ Égayer, cit. 11; évaluer, cit. 4). || Interrompre ses études (cit. 20), son travail. Abandonner (→ Emploi, cit. 16; exercice, cit. 24). || Interrompre un voyage et rentrer précipitamment.Sujet n. de chose. || Silence que rien n'interrompt, qu'un bruit (cit. 10) vient interrompre (→ Humblement, cit. 6). || Des événements graves, des drames viennent interrompre cette vie tranquille. Entrecouper, hacher, traverser. || Interrompre le cours, la course des événements.Passif. || Être interrompu.
1 Belle nécessité d'interrompre mon somme !
La Fontaine, Fables, VI, 11.
2 S'il nous en coûte quand la douce habitude de vivre ensemble est interrompue, l'espoir assuré de la reprendre bientôt nous console.
Rousseau, Julie, IV, Lettre, XV.
3 J'ai voulu interrompre cette visite qui me paraissait vous contrarier.
Flaubert, Mme Bovary, III, VI.
4 (…) de nouveau et pour longtemps, mon instruction se trouvait interrompue.
Gide, Si le grain ne meurt, I, V.
5 Je n'eus pas à rompre un contact, qu'il interrompit aussitôt (…)
Colette, la Naissance du jour, p. 174.
2 (Mil. XVIIe). Compl. n. de personne; sujet n. de personne ou de chose. Empêcher (qqn) de continuer ce qu'il est en train de faire. || Interrompre qqn dans ses occupations. Déranger.
6 La mort dans ce projet m'a seule interrompu.
Racine, Mithridate, V, 5.
7 Ce n'est pas que je me pique
De tous vos festins de roi;
Mais rien ne vient m'interrompre (…)
La Fontaine, Fables, I, 9.
3 (1559). Compl. n. de personne. Empêcher de parler. Couper (la parole, et, pop., la chique, le sifflet…). || Interrompre son interlocuteur, un orateur. || Interrompre violemment quelqu'un. || Il l'interrompit d'un geste. || Contredire (cit. 1) ou interrompre ceux qui parlent. || Ne m'interrompez pas tout le temps (→ Béotien, cit. 2; cercle, cit. 6).Sujet n. de chose. || Une voix, un bruit les interrompit (→ Basse-taille, cit. 2; faisceau, cit. 6).
8 (À chaque fois qu'il (Trissotin) veut lire, elle l'interrompt.) […]
Si nous parlons toujours, il ne pourra rien dire.
Molière, les Femmes savantes, III, 2.
9 Elle parla sur ce ton pendant près d'une heure, interrompant Frédéric dès qu'il voulait répondre.
A. de Musset, Nouvelles, « Frédéric et Bernerette », IX.
10 Je vois, lui répondit sa femme en l'interrompant au milieu d'une tirade, que (…)
Balzac, César Birotteau, Pl., t. V, p. 416.
——————
s'interrompre v. pron.
ÉTYM. (1686, Mme de Sévigné).
1 Sujet n. de personne. S'arrêter, cesser (de faire quelque chose). || S'interrompre de faire… (→ Édition, cit. 6). || S'interrompre pour… (→ Couper, cit. 2; échantillon, cit. 8; hasard, cit. 12). || S'interrompre au cours d'une rêverie, au fort (cit. 76) d'une méditation, au milieu de son discours (→ Association, cit. 21; forcer, cit. 26). || Boire, chanter, jouer du piano sans s'interrompre (→ Affilée, cit. 1; clavier, cit. 2; gageure, cit. 2).Spécialt. S'arrêter de parler. || Parler sans jamais s'interrompre. || S'interrompre au milieu d'une phrase.
Récipr. || Ils ne cessent de s'interrompre l'un l'autre.
2 (XIXe). Sujet n. de chose. Être interrompu. || Les danses (cit. 12) s'interrompirent, la fête s'interrompit. || La pluie ne s'interrompt pas. Cesser, finir (I., 5.). || Assiduité (cit. 2) qui ne s'interrompt jamais.
11 J'entrais au salon, et les voix se taisaient. Toute conversation s'interrompait à mon approche.
F. Mauriac, le Nœud de vipères, I, VII.
——————
interrompu, ue p. p. adj.
1 Chemin interrompu. || Phrases interrompues, coupées d'incidentes (cit. 15). || Reprendre des travaux interrompus. → Gêne, cit. 6. — Monotonie interrompue par des drames. → Guerre, cit. 23. — ☑ Loc. Jouer aux propos interrompus (jeu où l'on s'interrompait).
2 Orateur interrompu.
CONTR. Amorcer, recommencer, renouer, reprendre, rétablir. — Achever, finir; continuer, dérouler, progresser. — Assidu, continu, incessant, ininterrompu.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • interrompre — Interrompre. v. a. Empescher la continuation d un discours, d une meditation, d un travail, d une negotiation, &c. Interrompre un discours. on a interrompu deux fois le sermon. sa meditation a été interrompuë. il ne voulut point interrompre son… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • interrompre — Interrompre, Interrumpere. Interrompre la plaidoirie, Causarum actionem dirimere. B …   Thresor de la langue françoyse

  • INTERROMPRE — v. a. Couper, rompre la continuité d une chose ; ou Arrêter, empêcher, suspendre la continuation d une chose. Cette allée est interrompue par un fossé qui la traverse. On a fait une digue, un batardeau pour interrompre le cours de la rivière. Les …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • interrompre — (in tè rom pr ), j interromps, tu interromps, il interrompt, nous interrompons ; j interrompais ; j interromprai ; j interromprais : j interrompis ; interromps, interrompons ; que j interrompe, que nous interrompions ; que j interrompisse ;… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • INTERROMPRE — v. tr. Couper, rompre la continuité d’une chose. Cette allée est interrompue par un fossé qui la traverse. On a fait une digue un batardeau pour interrompre le cours de la rivière. Les obstacles qui interrompent le cours d’un ruisseau. Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • interrompre — vt. => Arrêter. A1) s interrompre, s arrêter, (dans son travail) : débrankâ <dételer> vi. (Saxel), déshapâ (Albanais.001). A2) interrompre qq. (quand il parle) : kopâ kâkon <couper qq.> vt. (001). A3) interrompre, couper la parole… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • interrompre — inter + rompre (v. 3) Présent : interromps, interromps, interrompt, interrompons, interrompez, interrompent ; Futur : interromprai, interrompras, interrompra, interromprons, interromprez, interrompront ; Passé : interrompis, interrompis,… …   French Morphology and Phonetics

  • interrompre — in|ter|rom|pre Mot Pla Verb transitiu i pronominal …   Diccionari Català-Català

  • Interrompre — III гр., (avoir) P.p.: interrompu 1) Перебивать 2) Прерывать, пересекать Présent de l indicatif j interromps tu interromps il interrompt nous interrompons vous interrompez ils inte …   Dictionnaire des verbes irréguliers français

  • s'interrompre — ● s interrompre verbe pronominal être interrompu verbe passif Être arrêté, suspendu pendant un certain temps : La distribution d eau sera interrompue de 10 heures à 12 heures ● s interrompre verbe pronominal Cesser de faire ce qu on faisait : S… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.